AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


 
Partagez
 

 16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Feuille de personnage
► AGE: 18 ans
► RELATIONSHIPS:
Albane G. Everdeen
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
http://snowflake-lane.forumactif.com/t142-albane-ginny-il-faut-encore-avoir-du-chaos-en-soi-pour-enfanter-une-etoile-qui-danse http://snowflake-lane.forumactif.com/t133-albane-ginny-la-plupar
Ginny Albane ◗ CELEBRITE : Sarah Hyland ♥
◗ CREDITS : © myrtille.
◗ ÂGE : 24
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Lycéenne
◗ ADRESSE : 23 snowflake lane
◗ MESSAGES : 1140
◗ POINTS : 3405
◗ CURRENTLY : (+) samara (+) lane (+) matthew
16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Tumblr_inline_mihg14JVZj1qz4rgp

16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Empty
MessageSujet: 16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down.   16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. EmptyDim 19 Jan - 11:38

help me if you can.




Une semaine. ça faisait tout juste une semaine que Albane avait recommencé à arpenter les couloirs du lycée dans une assurance toujours aussi feinte, toujours aussi parfaitement prétendue. Sa deuxième terminale. Ils n'étaient que trois à avoir redoublé dans sa classe, et la brunette considérait les deux autres comme des crétins finis qui auraient mieux fait de se tirer plutôt que de perdre un an de plus. De toute façon, même avec tous les efforts du monde, ils ne parviendraient pas à comprendre ce qu'étaient deux droites parallèles. Albane, elle, elle ne se pensait pas si débile. Juste fainéante. Cette année, cependant, tout allait changer. Tout allait changer parce que c'était sa dernière chance, et qu'elle ne savait même pas ce qu'elle allait en faire, de cette "chance". Aller à l'université? Elle? Sérieusement? Elle ne s'y voyait vraiment pas. D'un autre côté, si elle était parfaitement honnête, elle ne se voyait nulle part. Elle avait du mal à seulement se projeter dans l'après-midi qui suivait, alors construire le reste de sa vie aujourd'hui qu'elle était une adolescente perdue anorexique et blasée qui peinait à trouver un intérêt à quoi que ce soit... Il lui aurait certainement fallu de l'aide. Une sacrée aide. Elle n'oserait jamais en demander, de toute façon. Elle ne voudrait jamais se sentir si misérable qu'elle ait besoin de quelqu'un pour l'aider à vivre sa propre vie. Plutôt mourir.
Une semaine seulement qu'elle était rentrée, et déjà Albane s'ennuyait en cours. Quand la sonnerie retentit, la jeune fille ramassa ses affaires en quatrième vitesse et, comme elle en avait l'habitude, elle bouscula quelques uns de ses camarades pour sortir en premier. C'était stratégique: elle était au fond de la classe pour s'autoriser à ne pas écouter, mais elle était de fait selon la configuration architecturale de la salle plus ou moins loin de la sortie. Pourtant, ce jour-là, on ne la laissa pas sortir. « Mademoiselle Everdeen? » Albane se stoppa net dans son rythme soutenu, ne daignant se tourner vers la voix de sa professeure de grammaire qu'après quelques secondes de pause, lui offrant une mine pour le moins fade. « Reste, deux minutes. J'ai à te parler. » Toujours de jolis mots. Et Albane, elle allait louper la pause clope. Et puis de toute façon, elle ne fumait pas. Étrange, soit dit en passant, il faudrait peut-être qu'elle s'y mette. Quand le raffut des élèves pressés s'éloigna d'elles, la professeure se leva pour s'appuyer contre son bureau, concernée -on le voyait à ses bras croisés sur sa poitrine. « Une deuxième terminale, c'est bien. Une deuxième terminale efficace, c'est mieux. » Soit. Albane arqua un sourcil. « Je vais jouer franc jeu, je ne miserais certainement pas sur Jesper et Camille. Eux ils redoublent, mais ça ne changera pas leur quotient intellectuel flirtant avec les valeurs négatives. » Retenant un rire amusé, miss Everdeen se contenta de prendre un air étonné. « Tu es un cancre, c'est certain, parce que tu es un cancre qui veut bien l'être. Ne me regarde pas avec ces yeux de merlan frit, je sais que tu comprends plus que tu ne veux bien l'admettre. Tu as de la chance, tu sais, je suis sûre qu'avec un peu d'efforts tu arriverais à beaucoup de choses. Bien plus que tu ne veux le penser. » L'année dernière, Albane aurait certainement levé les yeux au ciel avant de ne sortir un joli discours voué à expliquer que sa vie était foutue, n'avait pas d'intérêt, et qu'en attendant elle préférait avoir du temps libre pour s'amuser plutôt que de bosser sur des sujets dont elle n'avait que faire. Aujourd'hui, elle baissa les yeux. « Ose-me dire que tu ne veux pas la réussir, cette terminale. » ça ne lui ressemblait pas de rester si silencieuse alors qu'on semblait décider pour elle. Elle n'y pouvait rien, elle était plantée dans le sol, jouant nerveusement avec le porte-clés accroché à la fermeture éclaire de son sac de cours qui contenait plus de conneries que de cours, justement. Heureusement, sa prof ne l'obligea pas à exprimer ce qu'elle ressentait à haute voix, prenant son silence comme un signe d'acceptation. « J'ai un ami professeur à l'université. Il hésite à venir donner des cours au lycée; c'est peut-être de la folie de faire en sorte que tu sois sa première élève mais c'est, outre un beau défi, quelque chose qui pourrait vous rendre service à tous les deux. Il accepterait de te donner des cours particuliers, non pas tant pour t'épauler intellectuellement que pour te forcer à bosser. Vraiment. Il peut te rencontrer ce soir. » La brunette ouvrit de grands yeux; pourquoi en avait-on quoi que ce soit à faire d'elle? Elle avait toujours rendu copie blanche, elle était incapable de différencier un adjectif d'un complément, elle ne comprenait pas l'intérêt de cosinus et se fichait éperdument de la manière dont l'électricité circulait dans une électrolyse. Sa prof avait toujours dû la voir comme ce pour quoi elle se faisait passer, une petit délinquante décérébrée qui avait accepté l'idée qu'elle finirait par vivre aux crochets d'un vieux milliardaire ou qu'elle daignerait passer le balais à mi-temps pour payer le loyer de son appart' miteux d'un quartier peu fréquentable. Ces pensées prirent Albane à la gorge, prêtes à la faire suffoquer, à la faire souhaiter que tout s'arrête, là, maintenant, parce qu'elle était déjà foutue, parce qu'elle n'arriverait pas à ériger son futur en château sur le terrain trop cabossé de ce qu'elle avait déjà vécu. Trop de boulot, trop dur, trop physique, beaucoup trop mental. Au mieux ferait-elle tenir une chaumière tordue et déprimante, le temps de crever en paix. « De quoi je me mêle? Je ne veux pas le voir votre ami. » Détournant les talons, Albane revenait à elle-même dans une langueur et une lassitude presque rassurantes, pourtant. C'était flippant, d'être elle; pourtant c'était beaucoup plus facile que d'entrevoir la possibilité de ne plus l'être. « 17h30, sois à l'heure! » Clama sa prof pour qu'elle l'entende, un sourire victorieux aux lèvres: Albane aboyait, mais elle ne mordait que rarement. En l'occurrence elle en était sûre, elle irait au rendez-vous, même si à cette heure précise la jeune femme jurait qu'elle sécherait les cours à partir de midi pour avoir plus de temps pour elle.

***

Plus de temps pour elle. Plus de temps pour ne rien faire. Pour réfléchir à sa condition misérable, de fait. Pour avoir envie de se tirer une balle tant son univers glauque semblait la poursuivre jusque dans ses cachettes les plus secrètes. Résultat, à 17h30, elle se tenait devant la salle, le dos posé contre le mur, les pieds joints devant elle, les bras croisés. Il fallait qu'elle entre. Pour une raison qui lui échappa, elle toqua avant de ne tourner la poignée, et se faufila dans l’entrebâillement quand on lui annonça qu'elle pouvait entrer. « C'est vous le prof d'université, ou je sais pas quoi? » De cet air presque méprisant qui la caractérisait si bien, Albane avança un peu vers lui, encore farouche. « Vous pensez que ça va durer longtemps? Parce que j'ai des trucs à faire. » Que dalle. Rien. Nada. Se sentir crever, c'était tout ce qu'elle savait faire. Au mieux trouverait-elle un peu de temps à passer avec sa sœur; là, au moins, elle pourrait rire, peut-être. Pourtant elle n'en avait même pas envie.




_________________
16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Tumblr_m9r3excdlu1rv8fmi

redheart:
 
Revenir en haut Aller en bas

Matthew T. Berkhead
Voir le profil de l'utilisateur
16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Tumblr_mlkpjbjsCL1rimncvo4_250 ◗ CELEBRITE : Daniel Gillies
◗ CREDITS : ©tumblr & sur l'avatar
◗ ÂGE : 37
◗ STATUT : en couple, mais faut pas le dire...
◗ EMPLOI, ETUDES : Professeur de lettres
◗ MESSAGES : 85
◗ POINTS : 1000
◗ CURRENTLY : with Effy

16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Tumblr_mkef5h9Sat1qfv91lo5_250

16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. Empty
MessageSujet: Re: 16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down.   16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down. EmptyDim 19 Jan - 13:28



« Matthews, tu te rappelles de l'étudiante que je tes parlé? Celle qui a redoublé sa terminale? » Matthews était au téléphone avec une amie, elle était enseignante au lycée. « Oui, je m'en rappelles, qu'est-ce qui se passe? Elle a décidé de lâché le lycée? » Il savait que trop bien ce qu'elle attendait de lui, elle se disait qu'il pourrait lui donner des cours particuliers. C'était un professeur apprécié ses étudiants réussissaient bien et ils aimaient ses cours, il faut dire que Matt n'était pas très chiant comme professeur, il se préoccupait de ses étudiants et de leur réussite et il s'assurait que ses cours soient un minimum interactif et intéressant. Il ne donnait pas des cours pour voir les s'endormir sur leur bureau devant lui. Quoi de plus ennuyant de plus désagréable pour un professeur de voir un étudiant dormir devant lui. « Non non, mais je me demandais si finalement tu pouvais lui donner des cours particuliers? Ça de permettrais de voir si tu aimes enseigner au lycée, bon c'est pas comme se retrouver devant une classe, mais ça te donnerais un avant gout. » Matthews eu un petit sourire, elle ne pouvait pas le voir, mais il savait qu'elle faisait tout pour qu'il accepte. « Je peux la rencontrer à 17h30. » Son amie lui affirma qu'elle allait s'arranger pour que l'élève soit là. Il raccrocha, il avait des cours toute la journée jusqu'à 16h.

Le professeur était donc arrivé au lycée à l'avance, afin de rencontrer son amie qui lui donna les notes de cours enfin un résumé de la matière de terminale afin qu'il puisse l'aider dans un maximum de cours. Il était avant tout un professeur de littérature, mais il débrouillait bien en mathématique et science, donc il pourrait l'aider aussi, même si elle serait mieux d'aller voir ses professeurs pour plus de renseignement. Mais il pourrait lui donner quelque conseil et lui expliquer les bases. Il la remercia puis elle lui donna la clé de la classe et il y alla afin de regarder un peu la matière en attendant que l'étudiante arrive. Il révisait donc cette matière qu'il n'avait pas vu depuis un bon moment, mais par chance c'était de la matière qu'il maitrisait bien. Il serait donc capable de l'aider sans problème. Il devrait surtout voir pour les matières qu'ils n'avaient pas travailler depuis un moment comme la science et les mathématiques. Puis il entendit cogner à la porte ce qui le surpris un peu. « Entrez. » Il regarda la jeune femme, il eu un petit sourire en coin, sa professeure n'avait pas menti elle semblait avoir tout un caractère.

« Oui c'est moi le professeur de l'université, mais tu peux m'appeler Matthews et me tutoyer. » Il n'aimait pas la barrière que pouvait mettre le vouvoiement et ça serait encore pire s'ils n'était que tout les deux et il risquaient de se voir souvent donc autant s'habituer tout de suite et apprendre à se connaitre un peu. Bon, il se doutait bien qu'il ne ferait pas de grande conversation avec celle-ci, mais il pourrait au moins savoir le nom de celle-ci. « Et toi tu es Albane. Installe toi, on va commencer tout de suite alors afin que tu puisses aller faire ces trucs que tu as à faire. » Il avait placer une chaise à côté de lui, elle risquait de ne pas trop aimer ou bien ça ne lui dérangerait pas, mais il devait pouvoir voir ce qu'elle faisait afin de pouvoir la corriger et l'aider. « Alors si ta professeure m'a bien expliqué tu as du mal dans un peu tout tes cours, j'enseigne surtout la littérature, mais je devrais me débrouiller pour t'expliquer les bases des autres cours. Tu veux commencer par quoi? Tu as des devoirs avec lesquelles tu as de la difficulté que tu dois remettre bientôt? » Autant commencer avec ça, après tout si elle avait des devoirs à remettre, fallait mieux s'assurer qu'ils soient bon afin qu'elle commence l'année avec de bon résultats, non? Il la regarda un moment, il ne savait pas trop si elle allait vraiment vouloir de son aide où si elle était venu pour faire plaisir à sa professeur.


Spoiler:
 

_________________
together we're stronger than everything...
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
 

16.09.13 ▬ help me if you can I'm feeling down.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Feeling so misplaced ☠ Alicia
» 05. Can't fight this feeling anymore.
» –› And I'm feeling so small, It was over my head ‹– [Livre II - Terminé]
» I want you to feel the same feeling as me [PV ▬ Gabriel ]
» Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling. - Gialya.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOWFLAKE LANE :: LIFE THE WAY IT IS :: Did you forget?-